Quelle technique adopter pour le phénotypage des alvéolites lymphocytaires : immunocytochimie ou cytométrie en flux ? - RIIP - Réseau International des Instituts Pasteur Access content directly
Journal Articles Annales de Pathologie Year : 2017

Which technique should be used in the phenotyping of lymphocytic alveolitis: Immunocytochemistry or flow cytometry ?

Quelle technique adopter pour le phénotypage des alvéolites lymphocytaires : immunocytochimie ou cytométrie en flux ?

Abstract

Background : Diffuse interstitial pneumonias are considered as a group of multiple affections characterized by challenging diagnoses because of the lack of specific clinical signs. Radiologic investigations highlight the diagnoses in most of the cases but bronchoalveolar lavage plays a key role in the diagnostic diagram. We aim to compare the immunocytochemical technique and the flow cytometry in the phenotyping of lymphocytic alveolitis. Methods : We described a series of 32 lymphocytic alveolitis, which were analyzed using immunocytochemistry and flow cytometry. Results : We found a good reproducibility between the immunocytochemistry performed on smears and cytoblocks (kappa = 0.7) and a poor reproducibility between immunocytochemistry and flow cytometry (kappa = 0.35). Conclusion : Our study emphasized on the poor reproducibility between immunocytochemistry and flow cytometry. Further studies about the reliability of both techniques are needed especially in discordant cases.
Introduction : Les pneumopathies interstitielles diffuses sont considérées comme un groupe d’affections multiples diverses et de diagnostic difficile vu la non-spécificité des signes cliniques. Les moyens d’imagerie orientent dans la plupart des cas vers le diagnostic, cependant, le lavage bronchoalvéolaire garde toute son importance dans les cas peu spécifiques. Notre objectif est de comparer l’immunocytochimie et la cytométrie en flux dans le phénotypage des alvéolites lymphocytaires. Matériel et méthodes : Nous avons colligé 32 cas d’alvéolites lymphocytaires diagnostiquées et prises en charge au service d’anatomie pathologique pour l’analyse cytologique du LBA et le marquage immunocytochimique et dans le département d’hématologie (unité de cytométrie en flux) pour le phénotypage par cytométrie en flux. Résultats : Nous avons mis en évidence une bonne reproductibilité entre l’immunocytochimie sur étalements et sur cytoblocs (kappa = 0,7) tandis que l’immunocytochimie et la cytométrie en flux semblaient peu comparables (kappa = 0,35). Conclusion : Notre étude met l’accent sur la mauvaise reproductibilité entre l’immunocytochimie et la cytométrie en flux. Nous projetons de nous référer aux diagnostics cliniques retenus afin d’asseoir les résultats discordants entre les 2 techniques et de mettre en évidence leur fiabilité et justesse.
No file

Dates and versions

pasteur-01959942 , version 1 (19-12-2018)

Identifiers

Cite

Mona Mlika, Rihem Kasmi, Ines Safra, Emna Braham, Chokri Chebbi, et al.. Quelle technique adopter pour le phénotypage des alvéolites lymphocytaires : immunocytochimie ou cytométrie en flux ?. Annales de Pathologie, 2017, 37 (5), pp.347-354. ⟨10.1016/j.annpat.2017.07.002⟩. ⟨pasteur-01959942⟩

Collections

RIIP RIIP_TUNIS
44 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More